vendredi 1 février 2008

Les critiques d'extrême-gauche sont ridicules


Si vous en doutiez encore, en voici une énième preuve (je renvoie à mon livre pour d'autres) :

Voici une pétition relayée par Acrimed, Action - Critique - Média, principal site de critique médias d'extrême-gauche :

"Pétition : « Assez de pub à Radio France ! » (CGT - CFDT - CFTC - SDJ - SUD - SNJ - SJA-FO) Publié le dimanche 30 décembre 2007
Une pétition de l’intersyndicale de Radio France contre les publicités commerciales (Acrimed).
Assez de pub à Radio France
Le PDG de Radio France Jean Paul Cluzel et la Ministre de la Culture Christine Albanel envisagent, pour des questions budgétaires, d’autoriser les chaînes de Radio France (France Inter, France Info, France Culture, France Musique, Le Mouv, Fip, France Bleu) à diffuser de la publicité de marque.
Quoi qu’en disent les intéressés, et quelles que soient les assurances qu’ils donnent, cette décision enclencherait, comme jadis à la télévision, un mouvement irréversible. Ce mouvement conduirait, à moyen terme, à la destruction de l’identité même des stations de Radio France.
Cela permettrait au gouvernement d’accélérer son processus de désengagement de l’audiovisuel public.
Parce que nous, professionnels de Radio France, sommes fiers d’appartenir à des radios différentes, et parce que nous, auditeurs, sommes attachés au maintien de cette différence, nous disons :
ASSEZ DE PUB A RADIO FRANCE !
La pétition et les signataires
Pour signer la pétition, cliquez ici
Ou adressez un mail à assezdepub@yahoo.fr
Ecrivez "pétition" en objet de votre mail, mettez votre nom et profession dans le corps du mail et envoyez." Source : http://www.acrimed.org/article2797.html

Et voici l'article de l'Humanité qu'ils relayaient le 29 janvier dernier :

"La télévision publique mutilée
Pierre Musso
Publié le mardi 29 janvier 2008
Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de son auteur, une « tribune libre » de Pierre Musso parue dans L’Humanité du 29 janvier 2008 (Acrimed)
L’annonce du Président de la République concernant la suppression de la publicité à France Télévisions et les modalités de compensation de cette perte de ressources, ne peut que conduire à l’affaiblissement de l’offre de programmes du service public, voire à son amputation. Le Président a déclaré : « je souhaite que l’on réfléchisse à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques qui pourraient être financées par une taxe sur les recettes publicitaires accrue des chaînes privées et par une taxe infinitésimale sur le chiffre d’affaires de nouveaux moyens de communication, comme l’accès à internet ou la téléphonie mobile ».
Les conséquences économiques d’une telle réforme sont sans appel. En effet, si l’on considère les propositions faites à partir des chiffres 2006, les seuls consolidés, le groupe France Télévisions, déjà sous-financé par rapport à ses homologues européens, perdrait 833 millions d’euros de publicité et de parrainage, soit 30% de son budget de 2,85 milliards dont 1,87 milliard provenant de la redevance.
A suivre la suggestion présidentielle, la compensation viendrait de deux sources.
La première « une taxe infinitésimale » sur les recettes des fournisseurs d’accès internet (FAI) dont le chiffre d’affaires cumulé s’élève à 4 milliards d’euros, et une sur les recettes des opérateurs de téléphonie mobile dont le chiffre d’affaires cumulé atteint 20 milliards d’euros en 2006. Supposons que cette taxe soit au minimum de 0,1%, cela représenterait 24 millions d’euros (hypothèse basse) et pourrait s’élever jusqu’à 1%, soit 240 millions (hypothèse haute). Si l’on retient une hypothèse moyenne de 0,5%, le montant récolté serait de 120 millions d’euros [1]
La deuxième ressource de compensation proviendrait d’une taxe sur les recettes publicitaires des chaînes privées. Ces recettes nettes s’élevaient en 2006, à 3,12 milliards d’euros dont 55% vont à TF1 et 25% à M6. Cette taxe ne pourrait être supérieure à 6% car ces chaînes, principales bénéficiaires de la mesure proposée, ne verraient plus leurs recettes augmenter. En effet, le transfert de recettes publicitaires du public au privé a été estimé dans une étude récente à 110 millions pour TF1 et à 44 millions pour M6, compte tenu de la limite des espaces sur ces chaînes et du transfert des investissements publicitaires vers d’autres médias. On doit donc retenir comme hypothèse haute de taxation des recettes publicitaires des télévisions privées, un taux de 5%. Et encore faudrait-il le moduler pour la TNT en phase de décollage et compter sur la vive contestation de TF1 et de M6. Soit donc un taux de 5% (hypothèse haute), cela représenterait une ressource de 160 millions d’euros. En fait, il est plus probable que ce taux soit fixé entre 1% et 3%, créant une recette comprise entre 32 (hypothèse basse) et 100 millions d’euros (hypothèse moyenne). Conclusion : dans l’hypothèse la plus favorable pour France Télévisions, les sommes « récupérées » s’élèveraient à 400 millions d’euros, engendrant une perte de 430 millions. Dans l’hypothèse moyenne, France Télévisions subirait une perte de 600 millions et dans le pire des cas, le déficit atteindrait 770 millions.
Comme il l’a annoncé, le gouvernement n’envisage pas d’augmenter la redevance et encore moins de faire une dotation budgétaire à France Télévisions. Par conséquent la perte subie par le service public ne pourra pas être intégralement compensée. Pour atteindre les 830 millions, il faudrait par exemple une taxe de 10% sur les recettes des télévisions privées et de 2% sur celles des FAI et des opérateurs de mobiles. Un tel niveau de taxation sanctionnerait tous les acteurs pour des résultats incertains et provoquerait une déstabilisation de l’économie des médias français. Il faut donc retenir l’hypothèse moyenne évoquée, celle d’une perte de 20% du budget de France Télévisions qui sera conduit à réduire son offre de programmes, voire à s’auto-amputer. En effet, le montant des pertes est proche du coût de la grille de programmes d’une chaîne comme France 2 ou France 3 (750 millions en 2006). Et il faudra en plus trouver 400 millions d’euros supplémentaires pour financer la production de programmes destinés à remplacer les spots publicitaires à des heures de grande écoute (quelque 1000 heures par an).
La réforme annoncée est légitimée au nom d’un retour à la « pureté » de la mission de la télévision publique, sur le modèle mythique de la BBC qui dispose d’un budget supérieur à 4 milliards d’euros financés pour l’essentiel par la redevance, ou d’un retour à l’ORTF d’avant l’introduction de la publicité en 1968 par le Général de Gaulle. On voit mal comment en supprimant autant de ressources, l’équivalent du coût d’une chaîne nationale, on peut améliorer la qualité des programmes et les investissements dans la création. Le résultat certain est d’une part, la production d’un effet d’aubaine pour les chaînes commerciales et pour les principaux groupes qui les détiennent ou qui rêvent d’entrer sur ce marché et d’autre part, l’amputation de la télévision publique. Déjà le démembrement de France 3 est à l’ordre du jour. Telle est la logique paradoxale de propositions équivoques qui se retournent aisément en véritables propositions néo-libérales que même Silvio Berlusconi n’avait pas envisagées pour la RAI, concurrente directe de son groupe familial de télévision.
Pierre Musso, Professeur de sciences de la communication à l’Université de Rennes 2" Source : http://www.acrimed.org/article2816.html

Ce qui vaudrait pour la radio publique ne vaudrait donc pas pour la télévision publique...

Si vous voulez savoir ce que ça fait d'être d'extrême-gauche et de devoir défendre la publicité, je vous invite à lire le papier suivant d'Acrimed : http://www.acrimed.org/article2303.html

3 commentaires:

de_passage a dit…

bonjour, c hors sujet, mais comme votre blog sur la judéomanie ne permet pas de poster de commentaires (dommage), je me permet de le poster ici. ça concerne votre dernier échange avec un internaute et où il vous reprochais votre proximité avec Soral. ce que je ne comprend pas c'est le fait qu'il parlait de Soral comme un pestifiré. et votre réaction m'a étonné. on m'aurait fait le même reproche, j'aurais dit je suis fier d'être ami avec Soral. mais vous, vous vous êtes justifiés ce qui me laisse penser que vous partagez l'opinion de l'internaute mais pas la méthode (vous préférer dialoguer même avec les méchants en caricaturant). moi, j'aimerai savoir en quoi ce que dit Soral sur les juifs en particulier est mauvais et surtout en quoi c'est faux. Merci. (sans trop théoriser, je comprend par des exemples concrets svp).

(il y a aussi la vidéo des questions de soral à zemmour dans une émission de RVL que vous n'avez pas relayées non plus).

Jean Robin a dit…

En effet c'est hors sujet.
Cela ne vous est apparemment pas venu à l'idée que ceux avec lesquels je dialogue sur le blog de la judéomanie m'avait envoyé leur avis par mail...
Je vous invite donc à m'envoyer votre mail sur editions.tatamis@gmail.com, je vous y répondrai et si cela le mérite je vous proposerai de le publier sur le blog.

Fabrice Trochet a dit…

Oui, ils se contredisent tres souvent. Justement j'avais contacté les antipublicitaires à propos de la suppression de la pub en leur disant qu'il devait être content.
Leur réponse "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.
Sophie D...."